Nos 20 propositions pour un Paris moins cher

Paris est hors de prix. Obsédée par la compétition économique et la recherche de toujours plus d’attractivité, notre ville sacrifie le climat, et empêche une grande partie des Parisiennes et des Parisiens de vivre correctement dans la capitale. Pour gagner la bataille du climat, nous devons impérativement sortir de cette logique. Nos priorités : baisser drastiquement notre empreinte carbone, améliorer la qualité de l’air, nous adapter aux changements climatiques, rendre Paris plus accessible. Et on est loin du compte ! Le coût de la vie dans la capitale augmente de manière continue, bien plus rapidement que l’inflation. La déconnexion est de plus en plus importante entre les coûts de la vie quotidienne et les revenus des Parisien·ne·s, et ce plus fortement que dans toutes les autres villes françaises (note l’INSEE dans une étude de 2016). Les prix à Paris dépassent de 9% ceux en région. La faute principale au logement : les loyers sont de 24,7% supérieurs à ceux partout ailleurs. Viennent ensuite les produits alimentaires et l’accès à la culture, environ 6,5% plus chers. Pour avoir un niveau de vie équivalent aux autres Français.e.s, les Parisiennes et Parisiens doivent donc théoriquement disposer de moyens 25% plus élevés. Paris est trop chère donc, et tout le monde le dit ! C’est en effet aussi le constat que l’on peut tirer d’un rapport du cabinet britannique Economist Intelligence Unit (EIU) qui a placé le Grand Paris comme la deuxième métropole la plus chère du monde derrière Singapour.

Nous voulons que Paris reste une ville pour toutes et tous. Et nous avons un plan. Un plan pour sortir Paris d’une logique d’ultra-marchandisation, un plan pour redonner du pouvoir de vivre, du pouvoir d’achat.

Paris doit montrer la voie pour un nouveau modèle de société. Cette société qui répond véritablement à la question de la solidarité face à l’accélération des changements climatiques. Au tout payant, au tout trop cher, nous répondons par plus de gratuité et de services dans l’espace public. À la marchandisation systématique de la ville, nous répondons par la création d’îlots de vie et de culture. La société de l’ultra-marchandisation, c’est aussi celle de la surconsommation. Cette consommation à outrance de biens qui viennent de loin, souvent de qualité médiocre, quand ils ne sont pas néfastes pour notre santé ! Ainsi, renouer avec les loisirs dans l’espace public, consommer des produits locaux issus de l’agriculture biologique, favoriser l’accès aux transports publics ou encore développer l’économie circulaire sont autant de réponses pour que Paris devienne une capitale exemplaire dans la lutte contre le changement climatique. Et améliorent notre vie au quotidien !

La bataille du climat ne se gagnera que si nous faisons une ville sobre, ouverte, où chacune et chacun trouve la possibilité de s’épanouir et de s’émanciper.

David Belliard,
Candidat écologiste à la mairie de Paris

Un coup de pouce sur les dépenses du quotidien

Du gratuit dans la ville